YANN TIERSEN

YANN TIERSEN

+ QUINQUIS


samedi 1 octobre 2022 à 19h30
Prévente : 35 € | Sur place : € | Grande Salle


LA SAS Concerts présente, en accord avec Radical Production :


Faisant suite à l'album "Portrait" de 2019, "Kerber" est un nouveau chapitre dans l’oeuvre de l'artiste breton, qui commence par sa production la plus ouvertement électronique à ce jour. Fidèle à l'approche nuancée et subtile de Tiersen, il ne s'agit pas d'un album de ‘dance music’ et d’un virage à 180 degrés, mais plutôt d'un monde électronique magnifiquement texturé, hautement immersif et soigneusement construit dans lequel on peut pénétrer. Il s'agit à la fois d'une évolution de ce qui a été fait auparavant et d'un nouvel espace à explorer. Dans ce nouvel album, le piano est la source, mais l'électronique est l'environnement dans lequel il existe. Tiersen explique : « Vous pouvez avoir cette pensée intuitive de 'oh c'est du piano', mais en fait ce n'est pas le cas. J'ai travaillé sur des pistes de piano au départ, mais ce n'est pas le coeur du problème, elles ne sont pas importantes. Le contexte est la chose la plus importante - le piano était un précurseur pour créer quelque chose autour duquel l'électronique pouvait travailler. » Travaillant dans l'Eskal, le studio qu'il a construit à Ouessant (l'île où il vit, située à 30 kilomètres de la côte ouest de la Bretagne) le processus d'enregistrement de l'album a été particulièrement complexe. Après avoir passé le printemps à écrire les parties de piano, il a passé l'été à créer méticuleusement une banque d'échantillons en s'inspirant de ces parties, en suivant les progressions d'accords, en les jouant sur des instruments tels que les ondes Martenot, le mellotron et le clavecin. Elles ont ensuite été transformées, remodelées et traitées. Il s'en est suivi, avec le producteur Gareth Jones (Depeche Mode, Einstürzende Neubauten), trois semaines de travail avec l'électronique, l'échantillonnage, le rééchantillonnage et le traitement des sons pour créer un paysage sonore envoutant où les tons délicats des touches de piano fusionnent magnifiquement avec l'électronique dans un milieu ambiant intense. Le sens du lieu a souvent été un thème central dans l'oeuvre de Tiersen et il n'en va pas autrement ici. Kerber porte le nom d'une chapelle située dans un petit village de l'île d’Ouessant et chaque morceau est lié à un lieu, dessinant le paysage immédiat qui entoure la maison de Tiersen. Yann Tiersen prévoit un événement live qui sera diffusé dans le monde entier depuis Ouessant (et qui sera suivi d'une vaste tournée). L'île est également représentée sur la pochette de l’album par l'artiste Katy Ann Gilmore, basée à Los Angeles, qui explique : « Également inspirée par les paysages, je suis attirée par des éléments simples et répétés qui transmettent l'idée de profondeur et de perspective. Je pense aux lignes qui s'éloignent à l'infini et à la façon dont elles contribuent à construire le monde qui nous entoure. À l'aide des cartes des lieux indiqués par Yann, j'ai tracé des lignes de rivage, des clôtures et d'autres repères… J'ai ensuite utilisé ces marques pour construire des formes qui incarnent une nouvelle géographie en se déplaçant dans l'espace vers l'infini. » ☞ En vidéo : http://bit.ly/2SNNJQS